Dans le « bulletin n°1 », nous vous avions décrit les potentialités du 2010 en comparant les données climatiques et de maturation des raisins avec des millésimes de référence que sont 2000, 2005 et 2009.

Avec ce nouveau bulletin, vous allez suivre au jour le jour le déroulement de nos vendanges et des vinifications.

Et maintenant que nous avons une vue d’ensemble sur ce millésime 2010, nous avons souhaité partager avec vous nos premières impressions sur les vins produits cette année.

Le déroulement des vendanges :

Les vendanges se sont étalées sur une période record de 21 jours avec 12 jours effectifs de récolte. Cela témoigne de conditions idéales en ce sens que nous avons pu prendre notre temps et ramasser chaque parcelle à son pic de maturité afin d’exploiter totalement les potentiels très élevés que révélaient les contrôles avant récolte (comparaison à 200, 2005 et 2009 dans le précédent bulletin).
Les nuits très fraîches (courbe des températures minimales) et le temps sec ont bloqué l’apparition du botrytis. Les journées chaudes (courbe des températures maximales) et ensoleillées ont favorisé la fin de la maturation et la dégradation des pellicules, assurant une très bonne extractibilité en cuve.


A partir de cette année, nous avons opté pour un transport de la vendange en bacs alimentaires alimentés directement au bout de la table de tri dans la vigne et transporté par camion.
Grâce à ce système, les grappes arrivent intactes au cuvier favorisant une très bonne qualité d’éraflage.
Nous avons mesuré jusqu’à 5 fois moins de jus à l’arrivée au cuvier avec ce dispositif qu’avec une remorque tirée par un tracteurs.
Nous avons amélioré la vitesse de rotation entre le cuvier et la vigne et bénéficié de beaucoup plus de souplesse dans l’alimentation de la réception de vendange et dans l’encuvage.



Les vinifications :

Dans le précédent bulletin, nous vous avions présenté les niveaux de maturité atteints fin septembre sur deux parcelles de référence. Le tableau ci-dessous reprend ces valeurs.




Ci-dessous, les analyses en cuve des moûts après homogénéisation et des vins à l’écoulage pour ces deux parcelles.

Pour les Merlots comme pour les Cabernets, les valeurs en cuve confirment les potentiels observés dans les parcelles et vont même au-delà en ce qui concerne les sucres et les IPT (forte fermentescibilité des sucres et très bonne extractibilité des composés phénoliques).
Nous pouvions craindre des niveaux d’alcool excessifs mais en fin de macération, les équilibres alcool / acide / tanins sont préservés par une augmentation de l’AT et des IPT élevées.

Les premières dégustations :


A ce stade (vins écoulés et fermentations malo-lactiques le plus souvent terminées), la dégustation des différentes cuves dévoile une expression très marquée des différents types de sols et des ages des vignes. La sécheresse qui a caractérisé ce millésime a rendu déterminante la qualité de la régulation en eau des vignes au niveau racinaire. Les grands terroirs et les vignes à bon enracinement ont produit des vins riches, puissants avec une expression aromatique intense et complexe. Les plus jeunes vignes et les terroirs plus sableux ont davantage souffert avec parfois des blocages qui nous ont poussés à conduire des vinifications plus douces afin de préserver fraîcheur et fruité.

Gonzague Lurton & Jérôme Héranval
Téléchargez le Bulletin Vendanges N°2

Quelques photos des vendanges :